L’actuel système représentatif des Français hors de France est, à l’image du jacobinisme français, pyramidal. Les citoyens élisent les Conseillers des Français de l’étranger, ces derniers élisent à leur tour en leur sein des CAFEs voire des sénateur·trice·s : nous sommes dans la caricature. La réforme de 2013 a même ajouté une catégorie fantôme : les délégués consulaires, qui ne disposent d’aucune prérogative hormis celle d’élargir le collège électoral pour l’élection sénatoriale. Nous proposons de rapprocher les élus des citoyens et de leurs préoccupations premières et spécifiques, par continent.

AC.4 Mise en place de 5 AFE continentales (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Afrique, Europe/Méditerranée, Asie) pour coller au plus près des préoccupations locales. Ces « AFEC » se réuniront tous les ans dans un pays différent, en présence de tous les Conseillers des Français de l’étranger du continent et en présence du secrétaire d’État en charge des FdE.

AC.5 En attendant cette transformation, l’AFE à Paris doit évoluer pour plus d’efficacité et de transparence :
=> Retransmission en direct des débats en session plénière
=>Mise en place d’une aide documentaire pour l’aide à la rédaction des rapports
=> Tableau de bord du suivi des résolutions
=> Séances de formations sur les sujets en lien avec les attributions des Conseillers des Français de l’étranger : fiscalité, éducation, sécurité sociale, retour, sécurité physique des personnes et des biens, retraites…
=>Présentation des statistiques annuelles du réseau AFE, notamment sur les effectifs, les homologations, etc…

AC.6 Suppression des délégués consulaires, lesquels deviennent des Conseillers de plein droit.