L’État se dégage progressivement mais constamment des budgets de fonctionnement des Instituts français depuis de trop nombreuses années (- 30 % en 20 ans). Ceux-ci, quand ils ne sont pas simplement fermés ou réduits à la portion congrue quant à leurs missions, doivent consacrer une part importante de leur temps à trouver des donateurs privés ou à effectuer des tâches rétribuées permettant de boucler leur budget. Le rayonnement de la culture française mérite mieux que cela ; il doit être développé car il est l’une des composantes de la diplomatie d’influence. Les Instituts et les Alliances doivent se consacrer à ce qu’ils font le mieux : diffuser la culture française et faire vivre la France auprès des communautés éloignées de leur pays d’origine.

CP.1 Réaffirmation du rôle des IF dans la diffusion de la culture francophone comme lieu de culture et de débats. Rendre de l’autonomie aux responsables des Instituts et leur déléguer la responsabilité de leur programmation comme de leur budget, sans influence directe de l’ambassade.

CP.2 Augmentation du budget (5 % par an) et limitation de la politique de recherche de budgets privés (préférence à accorder à l’autofinancement). Garantie de la sauvegarde des IF en difficulté financière lors de situations de crises exceptionnelles.

CP.3 Participation des Conseillers des Français de l’étranger aux conseils d’administration des AF et des IF.

CP.4 Mise en place de postes d’agents de développement social dans les consulats et les IF.

CP.5 Promotion de la diffusion de la culture française via des tournées musicales, théâtrales, littéraires et cinématographiques internationales financées par le MEAE, en favorisant les destinations sous-représentées.

CP.6 Facilitation de l’accès aux IF et AF par la mise en place d’horaires d’ouverture plus larges.

CP.7 Promotion de l’éducation populaire via la mise en place d’un Pass’culture sur condition de ressources pour faciliter l’accès à la culture dans le pays de résidence.

CP.8 Stimulation, grâce à des outils dédiés, de l’aide au cinéma du type SOFICA permettant le tournage de films de producteurs français hors de France, avec des professionnels locaux francophones/intermittents du spectacle.